Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Interview Jean-Hubert Gaillot : « Tristram a acheté les droits du Livre des violences avant même sa parution aux États-Unis »

Jean-Hubert Gaillot

Jean-Hubert Gaillot

Comment Tristram est arrivé sur Le livre des violences ?

J.-H.G. : On s’intéresse à Vollmann depuis la création de la maison d’édition, il y a une vingtaine d’années. C’est Jean-Paul Mourlon, qui traduit Le livre des violences, qui avait attiré notre attention sur cet auteur, alors que les premiers livres de Vollmann paraissaient aux États-Unis. Nous avions alors hésité à acheter les livres de Vollmann, mais avions dû renoncer, en raison de leur ampleur et leur fréquence. Il était évident que nous ne pourrions pas traduire la totalité de l’œuvre en cours, et il était plus sage de confier cet auteur à un éditeur plus costaud que nous. Par contre, nous nous réservions la possibilité de nous intéresser à un projet spécifique de Vollmann, qui serait un tout par lui-même. Ce fut le cas avec Rising up rising down, qui devient Le livre des violences en Français.

A quelle période avez-vous commencé à travailler sur la traduction ?

J.-H.G. : Au début des années 2000, Vollmann commença à parler du Livre des violences, un projet qui l’avait occupé pendant vingt ans. Dès que le livre a été annoncé de manière officielle, nous nous sommes portés acquéreurs des droits auprès de Vollmann lui-même. C’était avant même la parution du livre aux États-Unis. On a alors commencé à parler du projet avec Vollmann, notre traducteur Jean-Paul Mourlon et Claro, le traducteur habituel de Vollmann, qui suivait le projet avec nous.

7volumesS’agissait-il alors de la version intégrale en sept volumes (photo-ci contre) ?

J.-H.G. : Tout à fait. Nous avons d’ailleurs longtemps hésité à le traduire tel quel. Toutefois, nous avons préféré opter pour la version abrégée, qui fait quand même près de deux millions de signes, soit environ 1000 pages. Mais nous nous gardons néanmoins la possibilité de publier des volumes additionnels, avec des unités d’ordre historique ou géographique, en complétant progressivement le dispositif.

Quelles sont les principales différences entre les versions intégrale et abrégée du livre ?

J.-H.G. : Il faut considérer la version intégrale du livre en sept volumes comme le dossier complet de travail de Vollmann, qui comprend près de 1500 pages d’illustrations, de cartes et d’annexes, et environ 2000 pages de texte. La version abrégée est un ouvrage “utile”, que l’on peut réellement lire. Il n’existe d’ailleurs aucune traduction du texte intégral : les sept volumes du coffret n’ont été imprimés qu’une seule fois par McSweeney’s à 5000 exemplaires. Ils se sont vendus très vite, et le tirage est épuisé depuis longtemps.

Pages: 1 2 3

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Une réponse à “Interview Jean-Hubert Gaillot : « Tristram a acheté les droits du Livre des violences avant même sa parution aux États-Unis »”

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 The tree of life Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux