Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Mort et vie d’Edith Stein, suicide artistique de Yann Moix

es1« Le nouveau livre de : Yann Moix, est une lecture : calamiteuse ». Vous trouvez cette phrase trop alambiquée pour ne pas être ridicule ? Imaginez-en autant que peuvent en contenir 180 pages. Vous obtiendrez Mort et vie d’Edith Stein, gloubiboulga de l’année estampillé Yann Moix. Bien que choisissant un thème on ne peut plus “sérieux” et une écriture aux postures hautement littéraires, l’auteur de Partouz et Panthéon reste… l’auteur de Partouz et de Panthéon.
Tenter de résumer Mort et vie d’Edith Stein revient à accepter une mission quasi-impossible. Disons quand même que Yann Moix a tenté, d’une manière très personnelle, d’établir une biographie d’Edith Stein, née à Breslau en 1891, dans une famille juive. Dans sa jeunesse, elle étudie la phénoménologie avec le philosophe Husserl, avant d’être tentée par la religion catholique. Elle se convertit et se retire au Carmel, où elle devient sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix. Mais ses origines juives la rattrapent : en 1942, Edith Stein est capturée par les allemands. Déportée à Auschwitz, elle porte le matricule 44 074, et sera gazée quelques mois plus tard. Enfin, en 1987, Jean-Paul II la béatifie, faisant d’elle à jamais sainte Thérèse Bénédicte de la Croix du Ciel.
es2 Difficile de trouver matière plus littéraire et mystique que la vie d’Edith Stein. La façon avec laquelle Yann Moix gâche cette chance relève également, en un sens, d’un art consommé. Dès les premières phrases, on entrevoit l’ampleur de la catastrophe : « Amour. Vous croyez que je m’en moque. Je suis vivant. Il ne s’agit plus d’aimer réussir à. Mais de réussir à aimer. La multitude n’est pas de cet avis ? Peut-être. ».
Ce qui suit cette bande-annonce est à la hauteur des promesses de celles-ci. On a ainsi droit, quasiment sur la même page, à une mixture digne d’un Van Damme en petite forme (« Un saint est quelqu’un qu’un meurt, comme tout le monde. Mais c’est quelqu’un qui ne meurt pas comme tout le monde »), mais aussi, car la maison est généreuse, à des considérations dignes d’un écolier de CM2 (« Ca fait drôle, de se dire qu’une femme morte en 1942 (…) aurait pu vivre, écrire, penser jusqu’à la sortie de L’Empire contre-attaque », en parlant d’une femme qui rappelons-le, a été exterminée dans les camps nazis).
Zéro pointé également quant Moix se charge d’appréhender la religion, élément-clé du destin d’Edith Stein. On a droit à du ridicule abscons (« Edith referme la Torah, elle ouvre le monde. Elle choisit ce qui est réel, ce qui est monde. Les ronces, par exemple, sont monde. ») voire à des descriptions fortement douteuses (« Car la Grâce n’est pas : encore là. Edith n’est pas encore touchée par la Grâce : ce sont des attouchements. »).
On pourrait allonger, encore et encore, cet inventaire de phrases dont certaines resteront cultes, tant leur comique involontaire fait mouche. Mais le plus insupportable, finalement, est cette hauteur avec laquelle Moix traite son lecteur et, quelque part, la totalité de ses confrères (dont la majorité sont plus brillants que lui). Il y a dans son écriture une prétention croupissante, qui se matérialise parfois de la manière la plus détestable qui soit. A ce titre, on pourra citer le pseudo-style employé pour par l’auteur pour rythmer son texte : entre caler jusqu’à l’excès les fameux « : » dans ses phrases. On imagine qu’il y a là une recherche de rythme, d’écriture quasi-poétique qui sait, mais l’initiative est tellement mal conduite qu’elle en devient insupportable. Une épreuve supplémentaire dans un livre qui, franchement, en a déjà suffisamment infligé à son lecteur…

« Mort et vie d’Edith Stein » de Yann Moix, Ed. Grasset, 180 pages, 14,90 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux