Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Sweeney Todd, mélodies pour des meurtres

todd1

La comédie musicale Sweeney Todd pourrait se résumer à un concentré des histoires les plus sordides des bas-fonds du Londres de Jack l’éventreur. Écrite par Stephen Sondheim et mis en scène par l’un des papes de Broadway, Harold Prince, en 1979, la pièce est pour la troisième fois portée à l’écran. Et après moult rebondissements de production, Tim Burton, prodige du fantastique hollywoodien, a réussi à récupérer le projet. Le réalisateur met en scène la vengeance sanglante de Sweeney Todd qui a fait salle comble à Londres et à Broadway depuis trente ans.
todd2L’histoire ressemble à l’une de ces légendes dont s’abreuvent les touristes à Londres. Dans les rues industrielles de la capitale anglaise, un barbier (Johnny Deep) veut se venger, quinze ans après avoir été injustement envoyé en prison. Une vendetta irraisonnée dirigée contre des élites qui manipulent la société ouvrière. « Nous méritons tous de mourir » déclare Sweeney Todd pour justifier ses actes meurtriers. Mrs Lovett, une vendeuse de tourte à la viande amoureuse (Helena Bonham Carter), devient sa complice même si le barbier ne répond pas à ses avances. Il égorge ses clients, elle cuisine les cadavres pour régaler les gourmands.
Un conte à l’humour macabre qui dénonce en chansons les vices de la modernité industrielle. A l’aide de son rasoir et de ses cordes vocales, Sweeney Todd, laissé-pour-compte modèle, affûte sa lame, s’enfermant dans son échoppe de Fleet Street et dans sa folie. Mrs Lovett, icône d’un romantisme maudit, chante ses rêves de vie au bord de mer en cuisinant l’infâme viande. Le couple, dont l’amour est à sens unique, va pousser de plus en plus loin la chansonnette et son entreprise peu ragoûtante dont l’issue ne peut qu’être fatale…
Les chansons de Stephen Stondheim (Tim Burton a dû les reprendre intégralement) subliment les émotions du couple meurtrier. La folie n’empêchant pas le rire, l’humour ponctue le film, grâce à des seconds rôles hauts en couleurs. Véritable tache au milieu des nuages grisâtres d’un Londres trop pollué, le barbier italien (joué par Sacha « Borat » Baron Cohen) permet d’alléger un conte très violent et sanglant.
Tim Burton nous offre une adaptation très noire d’une comédie musicale déjà très pessimiste. Un univers sombre, des personnages presque schizophrènes, des éloges chantés à la mort : Burton fait du Burton. Et pour notre plus grand plaisir. Si le scénario reste fidèle à l’œuvre de théâtre originale, le réalisateur de Sleepy hollow a concentré sa caméra sur ses deux acteurs fétiches.
todd3 Johnny Deep est devenu Sweeney Todd. Il incarne un véritable fou, à la fois pitoyable et effrayant. Cette démence pourrait bien conduire l’acteur jusqu’aux Oscars. Johnny Deep a déjà reçu dimanche dernier le Golden Globe du meilleur acteur pour une comédie/film musical. Quant à Helena Bonham Carter, elle assure sa partition, sans fausses notes. Les seconds rôles servent plus de faire-valoir. Mais les (rares) apparitions d’Alan Rickman ou de Sacha Baron Cohen (qui l’aurait cru en barbier italien coloré et déjanté ?) sont délectables.
Plus adulte que L’étrange noël de Monsieur Jack, plus poisseux que Sleepy hollow, ce nouveau Tim Burton se dresse en anti-Big Fish par excellence, en s’offrant le luxe d’un duo d’acteurs « oscarisables ». Tim Burton restera le seul réalisateur capable d’alterner le conte anglais le plus guilleret (et le plus vendu), Charlie et la chocolaterie, et la plus macabre comédie musicale sur la perfide albion.

Gaël Vaillant

« Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street » de Tim Burton avec Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux