Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Un producteur célèbre, deux scénaristes, une comédie étonnante

genie1

Un génie, deux associés, une cloche est l’un des derniers fleurons du western parodique italien. Le film étonne par son intrigue, plutôt complexe, mais aussi par son casting hétéroclite. S’il passait souvent à la télévision dans les années 90, cette oeuvre, indispensable à tout fan de Terence Hill, reste aujourd’hui éclipsée par les succès de Mon nom est personne ou de la série des «Trinita».
genie2Avec plus de 500 films tournés en à peine dix ans le « western spaghetti » fut le fleuron d’un cinéma italien déjà en perte de vitesse. Les années 70 voient décliner le genre, abandonné par les grands acteurs (Clint Eastwood ou James Coburn privilégient des carrières plus hollywoodiennes). Deux trublions italiens arrivent alors à la rescousse des producteurs : avec Terence Hill et Bud Spencer, les films deviennent plus familiaux, moins sérieux. Après le succès de la série des « Trinita » (à partir de 1967), le public devient demandeur de ces westerns comiques et parodiques.
Ernesto Gastaldi, un auteur prolifique (la série des « Django » et l’un des auteurs d’Il était une fois l’Amérique de Sergio Leone), signe à son tour un scénario de comédie : Un génie, deux associés, une cloche. Il fait appel au brillant Fulvio Morsella (Et pour quelques dollars de plus, Mon nom est personne) pour affiner l’histoire. Le script mise son intrigue riche en rebondissements : les richesses des Apaches sont spoliées par des tuniques bleues sans scrupules. Le bandit Joe Mercy voit là l’occasion de voler plus cupide que lui. Il fait alors appel à son compagnon métis, Locomotive Bill, et son amie, la naïve Lucy. Ils élaborent tous les trois un plan complexe pour récupérer le butin.Grâce à Sergio Leone, la mise en scène est confiée Damiano Damiani. Un réalisateur qui n’est pas inconnu : habitué des festivals, son film La mafia fait la loi, avec Claudia Cardinale, a remporté l’ours d’argent en 1968 (il a eu l’ours d’or en 1985 pour Pizza Connection). Pour attirer le public en salles, des acteurs de choix sont réunis : Terence Hill obtient très logiquement le rôle principal. Mais le reste du casting étonne.
genie3 Miou-Miou joue la fluette Lucy, figure anti-féministe d’un western assez macho. A cause d’un rôle très stéréotypé, sa prestation ne marque pas les mémoires. En revanche, Robert Charlebois (c’est bien la star de la chanson populaire francophone des années 70 !) épate en Locomotive Bill, métis excessif et bouffon. Parmi les seconds rôles, il faut noter la présence de Klaus Kinski, habitué des westerns spaghetti, qui se ridiculise en tireur raté, pour le plaisir de nos zygomatiques.
Outre ce casting hasardeux (mais réussi), Un génie, deux associés, une cloche parvient à associer la parodie aux codes du western instaurés par Sergio Leone : direction d’acteurs très travaillée, quelques longs plans séquences (dont la première scène filmée par Leone lui-même), des scènes d’actions comiques, la musique de l’indispensable Ennio Morricone en fond sonore… Et même s’il se limite à la comédie, le film parvient à remplir sa mission : un divertissement rempli de gueules d’acteurs, prêtes à tout pour nous sortir de la morosité. Un spectacle bon enfant qui se noie dans la masse des « western spaghetti » mais qui fut le plus grand succès de l’année 1975 en Italie.

Gaël Vaillant

Un film de Damiano Damiani avec Terence Hill, Miou-Miou, Robert Charlebois, Klaus Kinski.

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux