Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Peste, Palahniuk au paroxysme de sa géniale folie

rl08_peste« Tout ce que vous avez entendu sur Peste est vrai ». Le slogan qui faisait fureur dans les années 80 pour lancer des films controversés est on ne peut plus pertinent pour résumer Peste, le nouveau livre de Chuck Palahniuk. Encore commotionnés, deux ans après la lecture du stupéfiant A l’estomac, les lecteurs du plus déjanté des auteurs américains doivent replonger dans l’univers tordu et diabolique de l’écrivain. Après Fight club et Choke, son nouveau roman est en effet l’un des opus les plus dangereux pour la santé mentale que l’auteur ait jamais commis.
Qui est vraiment Buster Casey, surnommé Rant ? Dans un futur proche, la société a strictement divisé ses sujets entre diurnes, individus respectables vivant le jour, et nocturnes, une sous-classe regroupant tous les marginaux et classes défavorisés. Sous ce joug, les hommes ont besoin de personnages emblématiques auxquels se raccrocher. Rant est l’un de ceux-là, sauf qu’il s’agit d’un diable incarné. Dès l’enfance, le petit Buster est en proie à des pulsions d’une violence inouïe. A l’adolescence, il se fait volontairement inoculer la rage par des animaux sauvages, eux-mêmes atteints. La raison ? Rant a remarqué que les effets secondaires de la honteuse maladie améliorent ses performances sexuelles. Un plaisir qui va avoir des effets dévastateurs sur la population. Peu à peu, Rant déclenche la plus grande épidémie de rage que l’homme ait jamais connu. Sauf que Buster est, peut-être, un mythe créé de toutes pièces par des opprimés en quête de héros…
palahniuk Comme s’il s’était fixé un défi, Palahniuk a quasiment anéanti les tentatives de résumé pour ce nouveau roman. Par la forme, avant tout : plutôt que la traditionnelle structure romanesque, l’auteur choisit ici de travestir son livre en biographie, via un construction relativement rare dans l’histoire de cet exercice. On parlera ici de biographie orale, qui consiste à citer les réactions de chacun des intervenants face à un sujet donné, en affranchissant l’auteur du texte de toute intervention. Il a été utilisé outre-Atlantique au début des années 80 par Jean Stein et George Plimpton pour Eddie : american girl, une célèbre bio inédite en France de Eddie Sedgwick, la muse du pop-art. Plus récemment, Gilles Poussin et Christian Marmonnier ont mis en œuvre cette construction pour raconter la genèse du magazine Métal Hurlant. Réduisant à néant toute intervention de l’auteur, cette écriture bien particulière est un vrai tour de force lorsque elle est utilisée pour une fiction.
Reste le fond. Bien que sorti en janvier, Peste restera à coup sûr comme l’un des ouvrages les plus diaboliquement foisonnants de l’année. Tous les grands sujets et débats de la société actuelle y sont abordés, dans leur acception la plus extrême : écologie, flicage des individus, déviances sexuelles, cultes improbables,… Et comme si ce n’était pas assez, Palahniuk offre à son livre un dernier quart qui outrepasse la légère science-fiction qui habite le reste de l’histoire. Voyages dans le temps et croyances mystiques sont au menu de la partie la plus délirante du livre qui est aussi, malheureusement, de loin la moins réussie.
Dépassant tous les excès au risque de s’y brûler les ailes, Palahniuk livre avec Peste son meilleur ouvrage depuis longtemps. On regrettera simplement que l’auteur n’ait pas su retenir, au dernier instant, la folie de sa plume. Et ainsi cassé quelque peu le malaise provoqué par ce sombre tableau grand-guignolesque.

« Peste » de Chuck Palahniuk, Ed. Denoël, 440 pages, 21 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (1 votes, Note: 4, 00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux