Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Un Spike Lee à écouter

mo1

Spike Lee reste un OVNI du cinéma américain. Il est considéré comme le héraut d’un cinéma noir engagé et intelligent, même si ces derniers films ont un calibre plus hollywoodien (Summer of Sam, La 25ème heure ou encore le récent Inside Man). A travers des documentaires ou des films historiques, il a su montrer le meilleur de la culture afro-américaine (The very black show) de la plus polémique (Malcolm X). Au regard de cette filmographie riche et variée, Mo’better Blues apparaît comme un film mineur. Pourtant, il s’agit de son premier succès public. Un long-métrage qui va lui permettre de réaliser ses audacieux projets.
mo2En 1986, Nola Darling n’en fait qu’à sa tête (She’s gotta have it, le titre original est plus sexy) est présenté à Cannes. Un petit film, dénué de budget et de stars, tourné en une quinzaine de jours. Avec ce premier long-métrage, Spike Lee reçoit le prix de la jeunesse à Cannes et connaît un gros succès à New York. Grâce à Do the right thing nommé aux Oscars 1990, il est approché contacté par son producteur fétiche Jon Kilik (qui a récemment connu le succès avec Babel et Le Scaphandre et le papillon): « Il était prêt à me donner un tas de fric à la seule condition de réaliser quelque chose de plus positif sur notre passion commune : le jazz » raconta le réalisateur à la sortie du film, fin 1990.
Ecrit par Spike Lee alors qu’il n’était qu’adolescent, Mo’better blues est un hommage au père du réalisateur, Bill Lee, qui fut bassiste d’Aretha Franklin et de Bob Dylan. Artiste aussi doué pour le blues que pour le Neo-Bop (mouvement de jazz des années 80), Bill Lee a d’ailleurs composé la musique du film de son fils. C’est la principale critique à faire au long-métrage : en admiration pour la musique du père, le fils n’a pas su construire un scénario dynamique. L’intrigue se résume en quelques phrases : Bleek Gilliam, à la tête d’un quintet, se noie dans ses compositions musicales, n’assumant pas sa bigamie et ses sentiments. Seule sa trompette compte. Et son amour pour la musique finit par le rendre presque inhumain.
mo4Mais, à part les apparitions surprises de John Turturro ou de Samuel L. Jackson, l’histoire importe peu. A l’image du personnage principal, la caméra virtuose – Spike Lee s’essaye à une mise en scène plus novatrice que sur ses précédents longs-métrages – se concentre sur la musique. Le réalisateur a adopté pour la première fois une posture perfectionniste : chacun des acteurs qui compose le quintet a dû savoir maîtriser son instrument. Denzel Washington (dont c’est le premier film avec Spike Lee d’une longue série) s’est perfectionné à la trompette pendant deux ans. Le film a même pris du retard à cause de celui qui était à l’époque “LE jeune acteur noir en vogue”. Mais les mentions spéciales reviennent surtout au saxophoniste joué par Wesley Snipes, révélation du film, et au pianiste interprété par Giancarlo Esposito (vu dans Usuals Suspects ou Ali de Michael Mann). Ils nous offrent un pur moment de blues, filmé par un musicien frustré et réalisateur inventif.

Gaël Vaillant

Un film de et avec Spike Lee, avec aussi Denzel Washington, Wesley Snipes, Giancarlo Esposito, Robin Harris.

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux