Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Serge Joncour, le transi moderne

joncour1Il apparaît toujours la tête hirsute, l’air presque affolé, comme s’il s’était trompé de lieu, d’horaire, de personne. Serge Joncour est pourtant l’auteur de sept livres dont UV, porté à l’écran l’année dernière par Gilles Paquet-Brenner. Lorsqu’il n’écrit pas, et qu’il réintègre le monde, il est généralement vêtu d’un blouson en nylon satiné noir, façon Bombers américain, un petit foulard d’aviateur noué autour de cou pour ne pas attraper froid en cas de courant d’air. Principe de précaution. Le même genre de détail qui se retrouve dans son recueil de nouvelles Combien de fois je t’aime.
Dix-sept histoires, d’amour, de désamour, de rencontres ratées ou espérées. L’amour, les personnages de Serge Joncour le guettent, au détour de mails, en bas d’un immeuble, accoudé contre un platane, dans une soirée, sur le rebord d’un canapé, à travers un enfant qui aurait pu naître. Parfois, ils l’attrapent, pour un court instant, une passion éphémère. Du déjà-vu, déjà lu ? La différence avec les mêmes souvenirs racontés par une fille réside dans son supplément de poésie, un humour parfois désespéré, rarement moqueur.
joncour2 Contrairement à ses sœurs de plume, Serge Joncour a le cœur en suspension avec simplicité. Le style, lui, est débarrassé de ces formules toutes faites que l’on s’habitue à grignoter en hors-d’œuvre chez les écrivains trentenaires. Ce qu’il y a de bien avec un auteur confirmé, c’est qu’il n’a pas besoin d’esbroufe pour épater la galerie. Ses nouvelles, Serge Joncour les a voulues épurées, sortant parfois des phrases comme celles-ci : « La sale blessure n’en finirait pas de suinter son amertume », « On se prenait comme un fruit volé à l’étal », ou encore « Jambon-coquillette, petits pois, en général ce qu’elle m’avait préparé tournait autour de ça, c’était les saveurs primitives de l’absence. » Enfin un homme qui n’est ni blasé ni cynique. Doux, maladroit et mélancolique, c’est tout. C’est déjà bien.

Nathalie Six

« Combien de fois je t’aime » de Serge Joncour, Ed. Flammarion, 211 pages, 18 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (1 votes, Note: 5, 00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 The tree of life Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux