Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Entre les murs, cellule de la création cinématographique ?

entre_les_murs

Une fois passé l’enthousiasme, on regrettera sûrement longtemps le “coup d’éclat” ayant amené le jury du 61ème festival de Cannes, mené par son président Sean Penn, à décerner unanimement la Palme d’or au film français Entre les murs. Un prix prestigieux prenant des allures d’exploit national, la France n’ayant pas décroché la distinction “à domicile” depuis 21 ans. Pourtant, le choix du film pour ce prix pose quelques questions de fond. Ne serait-ce pas tout simplement la fin d’une époque, et la victoire de l’imagerie télévisuelle sur la création cinématographique ?
Évitons d’emblée tout malentendu : Entre les murs est un bon film, réussi dans son genre. « Il s’agit d’un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui, pas d’un film à message social », comme l’a expliqué François Bégaudeau, l’homme à tout faire du film (auteur du livre original, co-scénariste, et acteur principal. Ouf). De ce point de vue là, qui est aussi celui du livre, Laurent Cantet pouvait donner libre cours à son talent de cinéaste du réel, peignant avec talent et économie le film dans lequel il s’immerge. Entre les murs, donc, est un film agréable, qui n’a pas l’ambition de porter un véritable message. Une simplicité qui n’entache pas pour autant sa réussite. Un “documentaire de fiction”, puisque fiction il y a, mais qu’elle nous plonge dans un réel bien… réel.
Jugez plutôt : Bégaudeau s’est inspiré de sa propre expérience de prof pour écrire le livre éponyme, il l’a co-adapté pour le cinéma. Et interprété le rôle principal, ce qui boucle la boucle – et revient à lui faire tenir son propre rôle. Les élèves du film sont ceux d’une classe d’un lycée du XXème arrondissement de Paris. Enfin, le film, par sa nature même, est une succession de huis clos laissant peu de place aux mouvements de caméras, et autres partis-pris de mise en scène. La salle de classe, bien sûr, mais aussi celle des professeurs, ainsi que la cour de récréation sont quasiment les seuls décors du film. Au final, Entre les murs a donc peu de message, et presque aucune initiative de réalisation. Est-ce encore un film de fiction, ou le dérivé d’un documentaire façon Strip tease ? Pourtant le film remporte tout de même la Palme d’or du plus grand festival de cinéma au monde.
Les cinéphiles peuvent donc légitimement se sentir floués par une telle décision. Car Entre les murs n’est dans la sélection qu’un exemple parmi de nombreux autres de films à interpeller le réel. Valse avec Bashir de Ari Folman, grand perdant du festival, le fait avec une autre maestria et originalité. Ou encore les deux films italiens, Il divo et Gomorra qui, bien que présents au palmarès, auraient autrement mérité la récompense suprême. La renaissance du cinéaste italien était par ailleurs un événement autrement plus marquant à distinguer que les petites histoires de François Bégaudeau.
La Palme d’Or 2008 aura donc normalisé une tendance qui, victoire après victoire, menace la création cinématographique : le mariage pernicieux entre documentaire télévisé et film. Pour le meilleur et pour le pire.

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux