Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Alain Mabanckou présente Bêtes sans patrie d’Uzodinma Iweala

rl08_betessanspatrieLe 21 août prochain paraîtra chez L’Olivier Bêtes sans patrie d’Uzodinma Iweala, le récit atroce et malgré tout sensible d’un enfant soldat en Afrique noire. Encore un ? Si Ahmadou Kourouma a ouvert la voie avec Allah n’est pas obligé en se glissant dans la peau d’un de ces hommes miniatures voués à la guerre par des adultes sans pitié pour l’enfance, Iweala emboîte le pas à son aîné sans avoir à rougir. Au-delà de son sujet très fort, ce livre coup de poing est aussi une prouesse au niveau de la langue et de sa traduction. Mélange d’anglais et de plusieurs dialectes nigérians, le récit inventé par Iweala fait figure d’OVNI dans la rentrée littéraire. Au point d’avoir su convaincre l’écrivain français d’origine congolaise Alain Mabanckou d’en être le traducteur. Une première pour le prix Renaudot 2006.

Bêtes sans patrie d’Uzodinma Iweala est votre première traduction. Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ?

mabanckouAlain Mabanckou (photo ci-contre) : Uzodinma Iweala est un écrivain dont l’écriture m’a ébloui. J’aime les livres qu’on “entend”, qui résonnent, qui vous laissent pendant longtemps sous le “choc” de l’admiration et de la fascination. J’avais l’impression qu’il avait écrit ce livre pour moi, il me suffisait alors de prolonger son chant, de prendre le même timbre de voix. Le livre fut publié avec succès aux Etats-Unis en 2005.

Quelles sont les plus grosses difficultés dans une traduction comme celle-ci ? Avez-vous demandé conseil à des traducteurs ?

A.M. : C’était une traduction très délicate : la langue d’Uzodinma est un mélange de pidgin et de beaucoup de langues du Nigeria. Son Anglais est donc “pourri” comme on le souligna aux Etats-Unis. Il fallait non pas traduire de manière linéaire mais trouver une musique, briser la phrase, multiplier des trouvailles sans dénaturer la version originale ou s’en éloigner. C’est à cet instant que j’ai porté ma casquette d’écrivain. Je n’ai pas voulu voir ou consulter l’auteur – que je n’ai d’ailleurs toujours pas rencontré. Je tenais à garder cette distance. Je n’ai pas non plus consulté d’autres écrivains qui traduisent.

iwealaEst-ce que vous désirez lui apporter un coup de pouce en le traduisant et en le faisant connaître en France ?

A.M. : Je ne sais pas s’il faut parler de coup de pouce. Je suis persuadé que les grands livres – comme celui d’Uzodinma Iweala (photo ci-contre) – finissent par trouver leur lectorat. Je me réjouis toutefois de présenter cet auteur au lectorat d’expression française. Ce n’est pas un fait extraordinaire qu’un écrivain tende la main à un autre.

Cette traduction restera-t-elle un cas isolé ou aimeriez-vous en faire d’autres ?

A.M. : Je traduirai selon mes humeurs et selon mes coups de cœur. C’est un travail de longue haleine qui m’oblige à mettre de coté ma propre création. Donc je ne le ferai qu’au compte-gouttes car il me faut avant tout privilégier le plaisir du texte et de la découverte.

Propos recueillis par Nathalie Six

« Bêtes sans patrie » d’Uzodinma Iweala, Traduit de l’Anglais (Etats-Unis) par Alain Mabanckou, Editions de l’Olivier, 180 pages, 18 €. Parution le 21 août.

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (1 votes, Note: 5, 00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux