Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Rentrée littéraire de septembre 2012, 105 romans français choisis par Culture Café

Jérôme Noirez aborde le malaise de la jeunesse en se basant sur la structure des 120 journées de Sodome dans 120 journées (Calmann-Levy), dans lequel huit adolescents enlevés sont retenus dans un lieu hostile souterrain, tandis que Jean-Marie Gourio décrit la dérive sexuelle d’une adolescente de treize dans le violent Sex toy (Julliard). De son côté, Alain Blottière (Le tombeau de Tommy) analyse la question du double dans Rêveurs (Gallimard), en confrontant le quotidien d’un gosse des banlieues françaises rongé par l’ennui avec celui d’un enfant du Caire, tiraillé entre son envie de partir et celle de rejoindre les manifestations de la place Tahrir.
Préoccupations sociales également dans le nouveau roman de l’auteur du très remarqué Mort aux cons, Carl Aderhold, qui imagine dans Fermeture éclair (Lattès) qu’une bande de chômeurs se voient proposer par le Conseil régional d’une région sinistrée de participer à la coupe du monde de football des sans-emplois. Après Papa was not a Rolling Stone, Sylvie Oyahon dresse dans Les bourgeoises (Actes Sud) le portrait d’une banlieusarde qui étudie les femmes aisées dans le but de s’élever socialement.
Laurent Bénégui (SMS) analyse les ravages du chômage dans Mon pire ennemi est sous mon chapeau (Julliard), dans lequel un chercheur en génétique se voit contrait de s’impliquer dans des cambriolages après avoir perdu son emploi. Pour son très attendu deuxième roman, Max Monnehay fait une allégorie du thème de l’exclusion dans Géographie de la bêtise (Seuil), comte très noir dans lequel un homme crée un village regroupant ceux que l’on considère comme des idiots. Deux ans après le très remarqué Où j’ai laissé mon âme, Jérôme Ferrari évoque la chute des mondes établis à travers l’histoire d’un bar corse dans Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud). De son côté, Leslie Kaplan analyse les rapports d’un vieil avec la nouvelle génération dans Millefeuille (P.o.L.). Régis de Sá Moreira s’attaque à rien de moins que le monde qui nous entoure dans La vie (Au diable Vauvert), un courageux exercice de style dans lequel les personnages changent à chaque paragraphe. Enfin, Sylvie Taussig signe avec son deuxième ouvrage, Dans les plis sinueux des vieilles capitales (Galaade), un “roman cathédrale” de plus de 1 700 pages, comédie de mœurs démesurée située à Paris, en hommage au film-culte de Paul Thomas Anderson, Magnolia.
La politique sert également de fil rouge à plusieurs romans. Après Héroïque, Iris Wong décrit dans Invulnérable (Stock) les angoisses d’une femme politique très ambitieuse, dont le suicide du mari perturbe le plan de carrière jusqu’à la Présidence de la République. Auteur du remarqué Héroïque, Matthieu Larnaudie plonge avec Acharnement (Actes Sud) dans le malaise de l’ancien “speech-writer” d’un ministre qui poursuit sa recherche du discours politique parfait, et nous fait croiser les doubles littéraires de Nadine Morano et Nicolas Sarkozy. Charly Delwart décrit le quotidien de la Kamcha du Nord, dictature très proche de la Corée du Nord, dans le très ambitieux Citoyen Park (Seuil), fresque de près de 500 pages. Enfin, Xavier Patier s’inspire très librement de l’affaire Dupont de Ligonnès pour Chaux vive (La table ronde), roman sur les mécanismes de la manipulation.
La place de la viande dans notre société de consommation sert de prétexte à deux textes surprenants. Dans Comme une bête (Gallimard), Joy Sorman fait le portrait d’un adolescent qui aime tant les vaches qu’il va s’engager dans une formation de boucher. Deux ans après le remarqué Alice Kahn, Pauline Klein revient avec Fermer l’œil de la nuit (Allia), dans lequel une femme sortant peu de chez elle rencontre sa nouvelle voisine, une artiste travaillant à partir de viande avariée.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (10 votes, Note: 4, 20 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux