Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Le Roi pâle, ultime éclair de génie de David Foster Wallace

Le Roi pâle de David Foster Wallace – Présentation de l’éditeur


Les agents du centre des impôts de Peoria, dans l’Illinois, paraissent plutôt ordinaires aux yeux de leur apprenti, David Wallace. Mais à mesure qu’il s’immerge dans une routine pénible et répétitive, au point que les nouveaux arrivants doivent recevoir une formation de survie à l’ennui, il en apprend davantage sur l’extraordinaire galerie de personnages attirés par cet étrange métier. Or il y arrive alors que des forces œuvrent pour éliminer le peu d’humanité et de dignité dont dispose encore ce travail.
David Foster Wallace se fait protagoniste de son dernier roman inachevé : il est l’apprenti qui observe et nous propose une nouvelle idée de l’héroïsme.
Sur un registre épique, il dessine en réalité une parabole de la culture postindustrielle, ou du « capitalisme tardif », autant qu’il fait un examen angoissé du sort des individus malheureux pris dans les mailles du système global.

© Editions Au diable Vauvert, 2012

Le Roi pâle de David Foster Wallace – Première page du livre


Après les plaines de flanelle et les graphes de bitume et les silhouettes de rouille inclinées, et après la rivière couleur tabac surplombée d’arbres en pleurs avec des pièces de lumière au travers sur l’eau en aval, jusqu’à l’endroit au-delà du brise-vent, où des champs en friche bouillonnent et bruissent dans la chaleur avant midi : sorgho, poule grasse, faux riz, liseron, rond, pomme poison, menthe sauvage, pissenlit, queue-de-renard, muscadine, chou pointu, verge d’or, lierre rampant, abutilon d’Avicenne, belladone, ambroisie, folle-avoine, vesces, herbe à vache, haricots invaginés, autant de têtes hochées doucement dans la brise du matin comme la main tendre d’une mère sur votre joue. Des sansonnets tirés en flêche depuis le chaume du brise-vent. L’éclat de la rosée qui reste où elle est et s’évapore tout le jour. Un tournesol, quatre autres. l’un arqué, et des chevaux au loin rigides et immobiles tels des jouets. Tout hoche. Bruits électriques d’insectes à leurs affaires.0 Lumière jaune bière et ciel pâle et cirrus en volutes si hauts qu’ils ne projettent pas d’ombre. Insectes affairés tout le temps. Quartz et chert et schiste et chondrite en éclats métalliques sur le granit. Très vieille terre. Regardez autour de vous. L’horizon chevrote, informe. Tous nous sommes frères.
Des corbeaux arrivent en l’air ensuite, trois ou quatre, pas une volée, planeurs, en silence voulu, en gerbe vers le fil la pâture où un cheval sent le derrière de l’autre, la queue du cheval de devant obligeamment levée. La marque de vos chaussures gravée dans la rosée. Une brise de luzerne. Chaton sur les chaussettes. Grattement sec dans un conduit. Fil rouille et poteaux inclinés davantage symboles de limites que vraie clôture, chasse interdite. Le chuintement de l’autoroute derrière le brise-vent. Les corbeaux de la pâture dans les coins, ils retournent des mottes pour dénicher les vers, les formes des vers gravées dans le crottin renversé et cuites par le soleil toute la journée jusqu’à durcir, là pour durer, minuscules voies inoccupées en rangées et courbes encastrées qui ne se ferment pas car la flèche jamais ne touche la queue. Lisez-les.

© Editions Au diable Vauvert, 2012

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (13 votes, Note: 4, 00 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux