Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

William T. Vollmann dans l’enfer de Fukushima

Pile un an après la publication du Roi de l’opium et autres enquêtes en Asie du Sud-Est, les éditions Tristram éditent une nouvelle enquête de l’auteur-phare du Livre des violences, William T. Vollmann. Ce nouveau livre arrive à point nommé, un an après la catastrophe nucléaire de Fukushima, que Vollmann a choisi comme nouveau thème d’investigation. L’intrépide reporter-écrivain s’est envolé pour le théâtre du cataclysme quelques jours à peine après le drame, et en a ramené un nouveau livre-choc : Fukushima, dans la zone interdite.
Ce nouveau texte, relativement bref (une centaine de pages), fait partie des “petits livres” que Vollmann intercale entre deux pavés de mille pages et plus (Étoile de Paris en était un, dans un tout autre style). La brièveté dans la forme n’alterne cependant aucunement la force de son contenu. Dans la plus pure tradition d’héritage gonzo que chérit l’auteur, Fukushima, dans la zone interdite débute par les déboires de Vollmann dans sa recherche, à Sacramento, d’un compteur Geiger capable de mesurer justement le niveau de radiations auquel l’auteur-journaliste sera exposé sur les lieux du drame ! Une fois sur place, Vollmann reste fidèle à ses méthodes d’investigation, s’inquiétant moins des statistiques chiffrées du nombre de victimes (qu’il laisse volontairement aux médias traditionnels) pour interroger les Japonais sur leur opinion face au nucléaire, le rapport éventuel entre les catastrophes de Fukushima et Nagasaki et, bien entendu, leurs conditions de vie au quotidien. Comme d’ordinaire, le livre mélange les aventures de l’auteur sur place avec la narration de ses rencontres. Vollmann a également recours à la photographie, présente dans tous ses reportages, pour illustrer ses propos.
Publié aux États-Unis en version électronique chez l’éditeur numérique Byliner en mai 2011 (deux mois à peine après les événements), Fukushima, dans la zone interdite devrait connaître une belle carrière européenne. Le livre devrait profiter des différentes manifestations organisées à l’occasion de la première année du drame. Il paraît simultanément en France chez Tristram, en Italie chez Mondadori, et en Allemagne chez Suhrkamp.

« Fukushima, dans la zone interdite » de William T. Vollmann. traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Paul Mourlon, Éditions Tristram, 96 pages, 9,80 €.

Fukushima, dans la zone interdite – Présentation de l’éditeur


En mars 2011, un tremblement de terre et un tsunami ravagent la côte est du Japon. S’ensuit un enchaînement catastrophique d’événements qui, à la centrale de Fukushima, aboutissent au plus grave accident nucléaire civil depuis Tchernobyl.
L’écrivain William T. Vollmann se rend sur les lieux. Équipé de protections rudimentaires et d’un dosimètre à la fiabilité incertaine pour mesurer le taux de radioactivité, il parcourt des villes et une campagne sinistrées aux abords de la « zone interdite ». Fidèle à sa méthode, il constate, il décrit et il interroge — avec les questions les plus simples — témoins et victimes de la tragédie.
À l’opposé de tout sensationnalisme, son reportage révèle l’étrange fatalisme de la population face à un mal impalpable… alors que comme chaque année les cerisiers refleurissent.

Dans ce Japon qu’il connaît et aime de longue date — et où le traumatisme des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki est encore vif — Vollmann pose, à nouveau, la question du nucléaire et de l’information sur le nucléaire. Une préoccupation qui était déjà celle du jeune William Vollmann lorsqu’il était étudiant, et qui est à l’origine des interrogations morales développées dans son œuvre majeure : Le Livre des violences (Tristram, 2009).

© Éditions Tristram, 2012

Page suivante : la première page du livre

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux