Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Le secret du mal, le kaléidoscope Bolaño

i_smalDepuis sa mort en 2003, l’auteur chilien Roberto Bolaño est devenu un phénomène littéraire mondial. Le succès rencontré l’an dernier par le pavé 2666 n’a fait qu’amplifier l’engouement des lecteurs, mais aussi des éditeurs et agents littéraires. Heureusement pour eux, Bolaño avait laissé à sa mort plusieurs dizaines de textes inédits – même si beaucoup sont inachevés. C’est un aperçu de ce travail que nous offre Le secret du mal, livraison 2009 de l’éditeur Christian Bourgois. Dix-neuf textes ont ici été rassemblés par les héritiers de l’écrivain. Ils forment un recueil bref (moins de 200 pages) mais fidèle à la multiplicité des facettes de Bolaño, qui n’hésitait pas à glisser entre fiction, autobiographie, et textes de conférences.
Réunis et ordonnés par Ignacio Echevarria, ami et exécuteur testamentaire de Bolaño, les dix-neufs textes du livre proviennent de plusieurs fichiers retrouvés sur l’ordinateur de l’écrivain. Comme Echevarria l’explique dans sa note préliminaire « les textes de toutes les pièces sont données conformément à l’original », tout en précisant que « la clarté et la propreté des textes (…) constitue une garantie d’avoir affaire avec le projet de l’auteur sans avoir à recourir à des reconstitutions toujours discutables ». Seul l’ordonnancement des textes a été guidée au regard de « l’intuition plutôt que du caprice des éditeurs (…) dans leur volonté de communiquer à l’ensemble un rythme particulier et une intime cohésion ».
bolanoUne fois ces précautions couchées sur le papier, il nous est permis de plonger dans l’univers aussi foisonnant qu’attractif de Bolaño. Au cœur du recueil, la nouvelle Labyrinthe plonge le lecteur dans l’analyse d’une photographie du groupe littéraire Tel Quel, prise en 1977. Sur celle-ci posent les membres du groupe, huit personnes parmi lesquelles les écrivains Jacques Henric, Philippe Sollers, Pierre Guyotat, Marc Devade, un inconnu (J.J. Goux) ainsi que trois femmes, dont la sémiologue Julia Kristeva, épouse de Sollers. En 25 pages, Bolaño se lance dans une analyse extrêmement détaillée du cliché, qu’il prolonge par les relations supposées que pouvaient entretenir ces huit personnes au moment de la prise de la photo. Ce texte est probablement l’un des plus brillants du recueil, l’utilisation de personnalités de la littérature à des fins de fiction étant l’un des thèmes récurrents dans l’œuvre de l’auteur. Borges et Burroughs apparaissent également dans le livre.
De très nombreux autres textes nous transportent dans des univers très différents, desquels se dégagent souvent une frayeur indéfinissable mais palpable. De ceux-ci, on retiendra forcément celui qui donne son titre au livre. En moins de quatre pages, Le secret du mal réussit le tour du force de nous glisser dans la peau d’un journaliste réveillé en pleine nuit par le coup de fil d’un inconnu qui souhaitent lui communiquer une information. Le journaliste va rejoindre l’homme, mais celui-ci ne fait que dégager un sentiment palpable de froideur. Sur ce, la nouvelle s’arrête, tenant la promesse de ces premières lignes : « C’est une histoire inachevée, car ce genre d’histoires n’a pas de fin ». Une phrase qui résume à merveille le mystère Bolaño dont chaque nouvel ouvrage éclaire certaines facettes, pour mieux révéler de nouvelles zones d’ombre.

« Le secret du mal » de Roberto Bolaño, Editions Christian Bourgois, 192 pages, 18 €.

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux