Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Les Sauvages, Sabri Louatah place un Algérien en favori face à Sarkozy aux Présidentielles

Les Présidentielles approchent à grands pas. Et cela ne manquera pas : dès le début 2012, l’événement politique majeur de l’année devrait avoir de fortes répercutions sur les planning des éditeurs. Les livres à plus ou moins forte connotation politique envahiront très vite tous les rayons des libraires.
Ainsi, le tome 2 de la très populaire bande-dessinée Quai d’Orsay vient de paraître et, dès les premiers jours de janvier 2012, plusieurs livres sont annoncés. Après Mainstream, Frédéric Martel publiera son nouvel essai sur le “Sarkozysme culturel” (dont le bandeau rouge annonce opportunément « Comment Sarkozy va gagner en 2012 »), le journaliste Olivier Mazerolle offrira une Vue imprenable sur la campagne présidentielle (sous-titré « Dans les coulisses avec les candidats ») et, dans un autre domaine, Anne Sinclair devrait dévoiler son livre-témoignage sur l’affaire DSK. A cette liste, loin d’être exhaustive, il conviendra d’ajouter un roman de politique fiction qui devrait beaucoup faire parler de lui : Les sauvages, à paraître chez Flammarion le 4 janvier.
Premier roman d’un jeune auteur de 28 ans, Sabri Louatah, Les sauvages est le premier tome d’une série de quatre romans. A l’heure où la France s’apprête à élire son futur président, un candidat d’origine Kabyle, le député Chaouch, sort vainqueur des primaires PS. Donné favori dans les sondages, son visage commence à s’afficher dans les rues de France, afin de se préparer au duel qui l’opposera quelques semaines plus tard à Nicolas Sarkozy. En parallèle, à Saint-Étienne, la turbulente famille Nerouche termine entre rires et larmes les préparatifs d’un mariage. Le témoin du marié, Krim, est en proie à une étrange angoisse. Quelles en sont les raisons ? Est-ce l’union d’un Kabyle et d’une Arabe ? Sont-ce les rumeurs d’homosexualité qui planent au dessus du marié ? Le destin de cette famille va alors s’entrechoquer avec celui du pays, lui aussi en proie à de vives tensions…
Né à Saint-Etienne d’une famille kabyle de dix enfants, émigrée pendant la guerre d’Algérie, Sabri Louatah est un gros lecteur depuis le collège. Après avoir arrêté Normale Sup, il refuse son destin de professeur et se plonge dans la littérature dans le but de devenir écrivain. Faulkner, Bellow, Roth, et Nabokov comptent parmi ses auteurs préférés, mais il place Tolstoï et Proust au-dessus de tous les autres. C’est toutefois la lecture des Démons de Dostoïevski en plein milieu des émeutes de 2005 qui déclenche chez Louatah le besoin de se lancer dans l’écriture. « J’ai senti que mon pays était cassé en deux et j’ai cessé de vouloir faire de la littérature pour essayer de raconter cette brisure » explique l’auteur. Mais il ne se sent pas prêt. Il décide de monter à Paris en 2008, et survit en lisant des scénarios de films. C’est alors qu’il décide de se lancer dans « une contre-histoire contemporaine de notre étonnant pays ». « La “réalité”, sous le mandat de Sarkozy ponctué de débats sur l’identité nationale et d’offensives gouvernementales contre les Arabes, me paraissait accablante ; il n’y avait rien à comprendre, rien à analyser, je voulais simplement la fuir, cette “réalité”, et la fiction m’offrait le meilleur des viatiques. »
S’inspirant de sa passion pour les séries américaines (The west wing, The Wire ou Curb my enthousiasm comptent parmi ses préférées), il met alors en route le cycle des Sauvages. « Par une nuit de décembre enneigée, dans l’extase de mon cher terrier de la gare de Lyon, j’ai inventé un candidat à la présidentielle d’origine algérienne qui serait désigné par le PS à l’issue de ses primaires ». Ce contexte lui permet de placer sa propre famille au cœur de son inspiration : « Je ne savais pas qu’une famille maghrébine de Saint-Étienne pouvait constituer un terreau propice à la fiction ; quand j’essayais d’écrire des sagas faulknériennes, j’inventais des familles françaises, italiennes, avec des noms européens. Les noms arabes me paraissaient anti-romanesques ». Sa famille lui apparaît alors idéale pour mettre en œuvre son projet. « C’était un déclic qu’il me fallait, mais il est survenu par hasard, quand j’ai imaginé un président d’origine algérienne qui donnerait, à ma famille désormais fictive, un horizon, une espérance ». La saga des Sauvages était née.
Le livre, qui compte déjà parmi les grands espoirs de la rentrée littéraire de janvier, bénéficiera à coup sûr d’une couverture médiatique importante. A noter que le livre est co-édité par Flammarion avec l’éditeur numérique Versilio, qui en publiera simultanément la version numérique.

« Les Sauvages » de Sabri Louatah, Éditions Flammarion/Versilio, 320 pages, 19 € au format papier, 12,99 € en version numérique. Parution le 4 janvier 2012.

Page suivante : Présentation de l’éditeur

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (15 votes, Note: 3, 40 sur 5)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux