Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Interview Olivier Adam : « Mes propres névroses ne m’intéressent que par ce qu’elles produisent »

FRANCE-LITTERATURE-ADAM

Dans le cadre d’un article paru dans Midi Libre, Olivier Adam a accepté de nous parler de son nouveau livre, Des vents contraires. Quinze mois après le magnifique A l’abri de rien, ce sixième roman nous présente Paul Andersen, un écrivain en panne d’inspiration, qui se trouve plongé dans un drame personnel. Un an plus tôt sa femme, Sarah, a mystérieusement disparu. Il doit élever ses deux enfants, mais ne peut plus y arriver dans l’ambiance étouffante de la ville. Paul va alors retourner vivre à Saint Malo, la ville de son enfance. Il y retrouve son frère, moniteur d’auto-école, qui lui propose un coup de main. Pour Paul, la vie reprend peu à peu ses droits, au bord d’une mer qui lui redonne espoir. Sans pour autant oublier Sarah, et son urgence de la retrouver.
Dans ce très long entretien, Olivier Adam revient sur ses aspirations d’écrivain, ses précédents ouvrages, mais évoque également l’actualité.

On retrouve dans ce livre plusieurs de vos thèmes récurrents (le secret familial, une disparition, …). En quoi Des vents contraires est-il singulier dans votre œuvre ?

C’est une bonne question… Avant tout, ce roman travaille une géographie différente des précédents. Mes cinq premiers livres sondaient celle de mon enfance, péri-urbaine, des banlieues de grandes villes où celles-ci se confondent, où l’on passe de l’une à l’autre uniquement par la grâce d’un panneau. C’est la première fois qu’un livre se déroule dans une géographie qui est la mienne maintenant, où j’ai planté mes racines en le décidant tout seul. J’ai débarqué avec compagne et enfants à Saint-Malo, sans y connaître personne, et j’ai élu ce lieu comme mon refuge.
L’autre chose qui est prégnante pour moi dans ce livre, c’est une lumière, une ambiance nouvelle. Ainsi qu’une nouvelle distance dans l’écriture. J’ai l’impression d’avoir écrit jusqu’alors des livres dans une certaine urgence, écorché. Mais il y a ici une distance, car je suis aussi dans un état d’esprit différent. Si l’on prend une métaphore automobile, puisque le personnage est moniteur d’auto-école, j’ai plutôt écrit des livres en seconde, en côte. Celui-là est plutôt écrit en quatrième, fenêtre ouverte, sur une route qui dominerait la mer.
Enfin, il y a cette multiplicité des personnages. C’est l’histoire de quelqu’un qui se raconte, mais à travers les autres. Il est moins préoccupé par lui-même que par les autres, et en devient le réceptacle. Cela a avoir avec ma position d’écrivain, de narrateur, qui raconte les histoires des autres plutôt que la sienne.

Pages: 1 2 3 4

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 The tree of life Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux