Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

40 ans après sa publication, le roman-culte Motorman arrive enfin en France

Il fallait bien le culot des éditions Cambourakis pour publier, en pleine rentrée littéraire, un texte aussi ambitieux et risqué que Motorman. Alors que la majorité des maisons d’édition se focalisent sur les auteurs les plus populaires ou les jeunes espoirs les plus prometteurs, Motorman fait définitivement figure d’ovni. Et il ne faut pas le cacher : le roman de David Ohle en est un.
Publié en 1972 aux États-Unis chez Knopf, le premier roman de Ohle n’a jamais traversé l’Atlantique, et connaît donc aujourd’hui sa première traduction française, sous la plume de l’excellent Nicolas Richard (auquel l’on doit récemment les versions françaises de Vice caché et Mort de Bunny Munro). Pourtant, le texte est probablement l’un de ceux qui ont le plus influencé de nombreux auteurs américains, tels que Shelley Jackson et Brian Evenson.
Roman de S.F. désenchanté, situé dans une Amérique où brillent deux soleils, ce bref texte de moins de 150 pages permet à son auteur de manier la langue en virtuose, inventant mots et concepts pour mieux nous plonger dans la situation claustrophobe de son personnage principal.
Très rapidement épuisé après sa parution, le livre acquiert au fil des ans un statut de roman-culte toujours pas démenti. Shelley Jackson avoue que c’est le seul livre qu’elle ait jamais lu photocopié, tant les exemplaires imprimés étaient difficiles à trouver.
Dans la longue introduction qui préface le livre, l’écrivain Ben Marcus (auteur du démentiel Le monde selon Jane Dark, paru dans la collection Lot 49) avoue avoir longtemps « eu peur de lire Motorman. Il m’avait été recommandé dans de tels chuchotements que je m’attendais à quelque chose d’incendiaire et d’illicite au point de déstabiliser ». Et il aura fallu attendre que David Ohle publie en 2004 la très attendue suite du livre, The age of Sinatra, pour qu’un petit éditeur américain se décide à rééditer le si convoité Motorman.
Proche de William S. Burroughs, dont il a rassemblé une collection de textes autobiographiques, titrée Cursed from Birth et longtemps restée inédite, David Ohle n’a écrit que quelques nouvelles et seulement trois romans en quarante ans de carrière.

Motorman de David Ohle – Présentation de l’éditeur


Publié pour la première fois en 1972, Motorman fait partie de ces livres cultes qui ont marqué des générations d’écrivains américains.
Dans une Amérique de science-fiction où brillent deux soleils, où l’on rencontre des « engelés », une forme très molle d’androïdes, Moldenke est harcelé par d’oppressants appels téléphoniques de la part d’un dénommé Bunce. Après avoir tué par mégarde un couple d’engelés, Moldenke tente d’échapper aux menaces diffuses d’un pouvoir omniscient et se lance dans une obscure quête de liberté. Il erre à travers un paysage ravagé, sur les traces du mystérieux docteur qui lui greffa un jour les quatre coeurs de porcs qui battent dans sa poitrine, sur les traces aussi d’un amour perdu.
L’originalité de l’imaginaire déployé dans ce roman d’une poésie saisissante, l’inventivité de sa langue le rapprochent de l’univers absurde d’un Vian. Un objet littéraire fascinant et inclassable.

© Éditions Cambourakis, 2011

« Motorman » de David Ohle, traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, Éditions Cambourakis, 160 pages, 18 €. Parution le 7 septembre.

Page suivante : la première page de Motorman

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux