Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Freedom de Jonathan Franzen, livre de l’année aux USA, paraîtra en France en août

De mémoire récente, peu de romans ont connu aux États-Unis le succès public et critique rencontré par Freedom, le nouveau roman de Jonathan Franzen. C’est donc avec impatience que l’on attend la publication du livre en France, prévue le 18 août prochain aux éditions de l’Olivier, pile un an après sa tonitruante sortie américaine.
Dans le trombinoscope des auteurs américains, Franzen tient une place définitivement à part. Son troisième roman paru en 2001, Les corrections, fait partie – à tort ou à raison – des textes US les plus reconnus de ce début de siècle. Il était donc naturel que le nouveau roman de l’auteur (qui jusqu’alors n’avait publié que des recueils de nouvelles) soit attendu comme le Messie.
Et cela n’a pas manqué : chronique d’une famille américaine sur trois décennies, Freedom ne tarda pas, dès sa parution américaine, à transgresser le simple événement littéraire pour devenir un mini-phénomène de société. La semaine de sa sortie, Franzen devenait l’un des très rares écrivains à être honoré de la couverture du prestigieux magazine Time, après des figures telles que Nabokov ou Joyce, et le premier depuis Stephen King en 2000 ! Une “une” accompagnée d’un dossier de neuf pages, modestement titré « Great americain novelist », qui permit Franzen de se voir également glorifier par ses détracteurs du titre d’“auteur le plus surestimé de tous les temps”…
Peu de voix discordantes se firent néanmoins entendre dans le tonnerre de louanges qui accompagna la promotion du livre, où d’innombrables critiques et de nombreuses personnalités publiques (dont la présentatrice Oprah Winfrey et Barack Obama) firent entendre leur contentement. Résultat : un million d’exemplaires vendus outre-Atlantique, soit un résultat inespéré aux États-Unis pour un livre de près de 600 pages. Et ce pas une petite cacophonie de mécontentements en Grande-Bretagne, où le livre fut imprimé en masse dans sa version non corrigée (et truffée de fautes !) qui allaient empêcher le succès de déferler dans les autres pays…
Paru ou en cours de traduction dans 36 pays, le livre arrive donc en France précédé d’un bouche-à-oreille des plus flatteurs. Franzen fera même le déplacement vers Paris en septembre, où sera organisée le 19 au Théâtre de l’Odéon une soirée exceptionnelle consacrée au livre.

Freedom de Jonathan Franzen – Présentation de l’éditeur


Patty sera la femme idéale, c’est décidé. Mère parfaite, épouse aimante et dévouée, cette ex-basketteuse a fait, en l’épousant, le bonheur de Walter Berglund, de St. Paul (Minnesota). En devenant madame Berglund, Patty a renoncé à son goût pour les bad boys, à commencer par Richard Katz, un rocker dylanien qui se trouve être aussi le meilleur ami de Walter. Freedom raconte l’histoire de ce trio amoureux et capture le climat émotionnel, moral et politique des États-Unis entre 1970 et 2010 avec une incroyable virtuosité. Anatomie d’un mariage, ce livre propose une méditation sur les déceptions et les compromis auxquels se trouvent confrontés ces baby-boomers qui avaient voulu changer le monde. C’est aussi l’acte d’accusation le plus féroce qu’on ait vu depuis longtemps sur ce qu’est devenue l’Amérique. Mais sa plus belle réussite est sans nul doute le personnage de Patty. Telle une héroïne sartrienne égarée dans un roman de Tolstoï, elle cherche à se libérer – mais de quoi? -, tandis que les États-Unis livrent en Irak leur propre guerre napoléonienne, en tentant d’imposer la démocratie par la force.

© Éditions de l’Olivier, 2011

« Freedom » de Jonathan Franzen, traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Wicke, Éditions de l’Olivier, 650 pages environ, 21,90 €. Parution le 18 août.

Page suivante : un extrait de Freedom

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux