Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Comment les écrivains arabes font face à la révolution

Alors que le Moyen-Orient s’enflamme, ses écrivains ont un rôle vital à jouer dans l’explication des événements aux lecteurs du monde entier. Mais leur rôle est-il de prendre une part active dans cette révolution, ou la politique et l’art doivent-ils demeurer indépendants ? Sameer Rahim, responsable-adjoint de la rubrique littéraire du quotidien anglais The Telegraph, a enquêté sur la question.

Une enquête de Sameer Rahim parue le 8 mars 2011 - Traduction et adaptation : Christophe Greuet

La conteuse le plus célèbre du Moyen-Orient tisse sa toile avec un couteau sur le torse. Dans Les mille et une nuits, la princesse Schéhérazade retarde sa propre mort des mains de psychotique roi Shahryar (le Kadhafi/Moubarak/Ahmadinejad de son époque) en le distrayant avec des contes de pécheurs et négociants, et éventuellement l’histoire subversive d’un roi cruel éjecté de son trône avant même qu’il s’en aperçoive.
Les auteurs contemporains du Moyen-Orient sont depuis longtemps attachés au même destin que Schéhérazade. La chute de l’empire ottoman a donné naissance à une volonté nouvelle d’indépendance dans les états arabes, mais depuis, les grands espoirs nés de la fin de la période coloniale ont été balayés par des coups d’états, des dictatures, des invasions ou la guerre civile (l’Irak a connu les quatre).
Les romanciers et poètes qui ont supporté les mouvements de libération se sont bientôt retrouvés étouffés par la censure, emprisonnés ou même abattus lorsqu’ils commençaient à critiquer les despotes autochtones qui tentaient de les maîtriser. Pour survivre, vous deviez vous censurer vous-même, ou vous exiler.
Mais les soulèvements qui ont débuté en décembre dernier, lorsque Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant de fruits, a tenté de suicider en s’immolant après avoir été battu par un agent du gouvernement, ont transformé du tout au tout le paysage politique. Le phénomène que les manifestants appellent les “Jours de rage” s’est répandu au Bahreïn, au Yémen, en Égypte ou Libye. Les dictateurs tombent l’un après l’autre, et l’annihilation de la censure, qui fut le fléau de la région, ne peut maintenant être arrêté.
Cela semble être une formidable opportunité pour les romanciers et poètes d’être enfin entendus de manière claire, autant dans leurs propres pays qu’en Occident, qui est maintenant dans l’attente de voix s’élevant d’une région dont les images d’affrontements ont si dramatiquement envahi nos écrans. Mais à la différence du journaliste ou du bloggeur, les auteurs de fiction ne sont pas là pour fournir un exposé des faits brûlants, ou une analyse rapide. Ils sont plus inattendus et chevaleresques, énoncent des vérités que nous ressentons mais ne pouvons expliciter. Comment donc “l’art qui donne la chair de poule” (1), comme l’a appelé Norman Mailer, peut-il faire la lumière sur ces sociétés en perpétuelle fluctuation ?

(1) : Référence à The spooky art : Some thoughts on writing, recueil d’essais de Norman Mailer traitant essentiellement de l’écriture. Paru en 2003 aux États-Unis chez Random House, le livre est toujours inédit en France. (N.d.T.)

Pages: 1 2 3 4 5

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux