Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Interview Tom Rachman, auteur de Les imperfectionnistes : « L’écrivain a un formidable accès à l’empathie »

Vous avez été journaliste pendant plusieurs années, et travaillé dans un grand nombre de pays. Comment le journaliste a-t-il nourri votre travail de fiction ?

T.R. : J’ai passé de nombreuses années à travailler avec les mots, essayant par tous les moyens d’évoquer des situations très complexes en des phrases brèves et concises. J’ai travaillé sur leur structure, afin de trouver comment captiver le lecteur. En tant que professionnel, vous devez être toujours garder votre lectorat à l’esprit. Je suppose que lorsque l’on se lance dans la fiction, les techniques journalistiques doivent brider votre créativité. Mais j’ai tendance à penser que chaque savoir-faire que vous pouvez acquérir est seulement une compétence supplémentaire. Cela ne vous bloque pas.

L’ambiance de la salle de rédaction est une figure courante dans le cinéma et la littérature. Aviez-vous conscience de cela quand vous avez écrit le livre ? Avez-vous tenté de l’honorer ou de la démonter ?

T.R. : Je n’ai pas écrit le livre avec la volonté de détruire les stéréotypes autour de la salle de rédaction, mais simplement de décrire ce que j’y avais vu. Cela contredit en effet les idées les plus communes que l’on peut se faire des journalistes, qui tendent à se diviser en deux catégories opposées. D’un coté, vous avez les reporters héroïques dans le style de ceux des Hommes du Président et, à l’exact opposé, ceux qui sont complètement corrompus et avides de pouvoir, seulement intéressés par l’argent. Des personnages détestables, presque sous-humains.
Selon moi, les journalistes ne sont ni l’un ni l’autre. Ce sont des gens intrigants, motivés, troubles, intelligents, et pleins d’espoir. C’était un bonheur, d’une certaine façon, d’essayer de dresser le portrait de ce monde car selon moi, il n’a jamais été dépeint de façon juste et pertinente.

Votre livre est une suite de chapitres interconnectés, chacun d’entre eux étant consacrés à différents personnages, et reliés ensemble par des passages retraçant l’historique du journal. Cette construction offre à la fois le souffle d’un roman et la précision d’un recueil de nouvelles.
Comment avez-vous développé cette structure ?

T.R. : Ce fut un sacré défi d’équilibriste, et beaucoup de travail pour rendre le tout cohérent. J’ai écrit plus de chapitres que le livre n’en contient au final, et ramené le tout aux parties les plus essentielles. Une fois obtenue la listes des personnages et l’historique de la salle de rédaction, j’ai dû trouver une façon de combiner ensemble ces histoires individuelles dans une histoire de plus ample envergure.
J’ai pensé qu’il était possible d’ajouter de la richesse à chaque histoire en y ajoutant des personnages secondaires, que vous avez envie de suivre, ou que vous pourriez retrouver plus tard. Je crois que cela est particulièrement réussi quand le personnage principal d’une des histoires, que vous adorez ou détestez, se retrouver dans un second rôle d’un chapitre suivant, répondant au téléphone en fond de décor. Cela donne de l’épaisseur à l’ambiance générale, qui est sinon fabriquée de toutes pièces.

Pages: 1 2 3

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 The tree of life Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux