Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Un peuple en petit, six milliards d’autres

rl09_peuplePour son entrée dans la prestigieuse collection Blanche de Gallimard, Oliver Rohe signe un exceptionnel roman, Un peuple en petit. Derrière un titre extrait d’un poème de Novalie, le livre réussit le tour de force de ne pas faire mentir celui-ci. Car à travers trois personnages et 220 pages seulement, c’est bien de l’humanité entière dont Rohe se fait le miroir. Un peuple en petit est clairement l’une des plus belles découvertes de ce début 2009.
Trois personnages, donc. On rencontre tour d’abord Karl, comédien de théâtre talentueux mais vieillissant, qui revient dans sa ville natale en Allemagne, pour y monter Mort d’un commis voyageur, adaptée de manière très personnelle de par un metteur tyrannique et alcoolique. Ce personnage, dont on découvre le prénom au détour de situations fugaces, n’est cité dans le livre qu’à travers le nom de “Bochum”, nom de la ville allemande où doit se tenir la première de la pièce. Vient ensuite “Personnage deux”, un individu coincé dans un immeuble quelconque, aux prises avec des voisins cancaniers, qui est atteint d’un trouble personnel qui l’obsède. Il avoue avoir « toujours manqué de vocabulaire technique » et ne disposer « que de très peu de mots pour distinguer les objets ». Ce qui le plonge dans des situations embarrassantes, comme oliver_rohedemander un chalumeau à la place d’un paille pour son soda. Commence pour lui une interminable quête de sens des mots, afin de s’assurer une expression verbale conforme à ses idées. On découvre enfin le troisième personnage, auquel l’auteur se réfère à travers des dates successives, courant du 3 janvier 1979 au 5 février 1989. Ce personnage est un enfant, coincé dans une terrible mais mystérieuse guerre, qui éventre un pays dont le nom n’est jamais précisé.
A travers ces trois caractères seulement, Un peuple en petit esquisse un portrait saisissant des névroses humaines. Le cynisme d’un Bochum blasé, la névrose grammaticale de Personnage deux et la fuite en avant imposée de l’enfant nous mettent face à autant de situations qui peuvent toucher chacun de nous, à un moment précis de notre vie. Sans rapport apparent ni évoqué, chaque personnage trouve sous la plume de Rohe une existence littéraire qui lui est propre. Outre leurs univers respectifs, ce sont autant de styles d’écriture qui sont empruntés ici. Pourtant, leur addition au sein d’un seul livre est d’une cohésion évidente.
Utilisant à nouveau l’un de ses thèmes favoris, l’identité, Oliver Rohe parvient à établir des portraits à la fois intimes et universels. Ce paradoxe fait de Un peuple en petit un de ces livres dont on se souvient longtemps après avoir tourné la dernière page.

« Un peuple en petit » d’Oliver Rohe, Editions Gallimard, 216 pages, 16,90 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux