Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Des fleurs pour Zoë, un premier roman sur le fil du rasoir

rl10_fleurs_zoe« Une tornade de 22 ans » annonce sur fond rouge sang le bandeau de couverture du premier roman de Antonia Kerr. Jouant sur l’ambiguïté, on ne sait trop si l’éditeur pense ici à la Zoë du titre ou l’auteur elle-même, dont l’age est similaire. Concernant celle-ci, on ne pariera pas forcément sur la pertinence du mot « tornade », mais il est certain que Kerr colle parfaitement au terme révélation.
Trader new-yorkais proche de la retraite, Richard voit sa vie basculer en quelques semaines. Séparé de sa femme un an plus tôt, il se retrouve seul dans une ville et un travail qui l’ennuient. Hésitant à céder à sa bougeotte naturelle pour prendre la poudre d’escampette, il décide finalement de tout plaquer et s’installer dans un village de retraités médicalisé à Key West, en Floride. Afin de ne pas voyager seul, une petite annonce lui fait prendre la route avec John-John, un peintre noir au chômage. Lors d’un arrêt dans la famille de ce dernier, Richard tombe éperdument amoureux de Zoë, la nièce de John John. Beauté explosive de 22 ans, elle prend la route avec Richard pour une virée sans fin au travers des États-Unis. Entre dinners bondés, motels délabrés et escapades amoureuses, Richard va bientôt goûter aux affres de la passion avec une fille de presque 40 ans de moins que lui.
antonia_kerr2L’approche du premier roman d’un auteur de la vingtaine ne se fait jamais sans une certaine appréhension, échaudés que l’on est par des expériences d’auto-fiction poussives et outrancières. Dès ses premières pages, Des fleurs pour Zoë balaie ces craintes. La première chose qui frappe dans les écrits d’Antonia Kerr à construire une vraie fiction. Prenant pour cadre les États-Unis et pour narrateur un homme de soixante ans, on imagine que le livre n’a qu’un rapport ténu avec la vie de l’auteur, originaire d’Avignon. On est d’autant plus surpris que le texte tient une cadence effrénée sur ses 150 pages, où les moments de creux ne durent que quelques paragraphes.
Le plus surprenant, toutefois, est le numéro d’équilibriste auquel se livre l’auteur tout au long du livre. Car, au cœur de ce “road book” sans faille se glisse la mélancolie du narrateur, un homme dans la dernière partie de sa vie, tiraillé entre ses regrets et son amour (impossible ?) pour une jeune femme.
On sent bien que l’influence de Philip Roth n’est pas loin, et ce n’est pas un hasard si Richard tente de faire lire à Zoë La bête qui meurt, dans lequel l’un des personnages récurrents de Roth, le professeur de faculté vieillissant David Kepesh tombe amoureux d’une étudiante cubaine.
Bien entendu, il est difficile pour Kerr de rivaliser avec Roth sur la description des sentiments du personnage, mais elle se choisit un autre défi : méler cette trame avec un scénario digne d’un Quentin Tarantino survolté. Une gageure loin d’être gagnée d’avance pour un premier roman, que Kerr relève cependant avec une aisance presque déconcertante. En pleine refondation, la collection Blanche de Gallimard s’est encore trouvé une jeune écrivain dont il faudra suivre l’évolution dans des textes que l’on espère plus amples à l’avenir.

« Des fleurs pour Zoë » de Antonia Kerr, éditions Gallimard, 160 pages, 14,90 €. Parution le 19 août.

Page suivante : la première page du livre

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux