Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

La solitude des nombres premiers, un nouveau talent italien est né

solitudeOn entre toujours un peu à reculons dan un livre vendu par son éditeur sur son seul nombre de ventes dans son pays d’origine. Cette crainte un peu méprisante s’évanouit toutefois dès les premières lignes de La solitude des nombres premiers.
Pour son roman inaugural, Paolo Giordano s’attaque à un sujet délicat : les blessures de l’enfance et leurs résonances dans l’âge adulte. Jeune surdoué des mathématiques, Mattia porte le poids de la disparition de sa petite sœur handicapée, qu’il avait laissé dans un parc pour se rendre à une fête. Alice, elle, est restée boiteuse après un accident de ski, et tente de s’évader de la rigueur que lui impose son père au quotidien. Depuis l’enfance, ces deux êtres brisés tentent de se rapprocher, sans pourtant y arriver vraiment.
Jeune scientifique de 25 ans, Giordano livre ici un roman maîtrisé de la première à la dernière page. Pas étonnant qu’il ait remporté haut la main en 2008 le prestigieux prix Strega (équivalent italien du Goncourt). Sans jamais tomber dans le pathos ni le vulgaire, La solitude des nombres premiers réussit à s’écarter d’un genre responsable des pires catastrophes littéraires, le roman initiatique. En dosant habillement un style classique et un développement axé sur l’intime, La solitude des nombres premiers n’embrasse jamais l’ambition de « dresser un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui ». Un peu d’humilité ne fait jamais de mal dans un monde de mythomanes.

Découvrez les premières pages.

« La solitude des nombres premiers » de Paolo Giordano, traduit de l’italien par Nathalie Bauer. Editions du Seuil, 330 p., 21 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux