Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Quentin Tarantino sauve un cinéma de Los Angeles

new_bev_4

C’est un bâtiment tout droit sorti du passé, coincé entre un restaurant et deux pochoirs du graffeur Bansky, en bordure du West Beverly Boulevard à Los Angeles. Derrière cette façade aux couleurs rose et bleu pale se trouve l’un des derniers bastions de la cinéphilie hollywoodienne. Construit à la fin des années 20, le New Beverly Cinema est aujourd’hui l’une des seules salles de L.A. à programmer des doubles programmes courageux, mélangeant avec brio classiques des années 50 avec des films oubliés des eighties, ou de très récents films de genre. C’est aussi la salle dont Quentin Tarantino est devenu propriétaire la semaine dernière, sauvant ainsi cet écrin cinéphilique des griffes de la crise financière.

Sherman Torgan à l'ouverture du New beverly.

Sherman Torgan à l'ouverture du New beverly.

Le New Beverly (ou “New Bev” pour les habitués du lieu) ouvrit ses portes en 1929, et fut un théâtre jusque dans les années 50, où il fut converti en un cinéma traditionnel. En 1978, le cinéma change de mains après quelques mois de fermeture. Sherman Torgan et sa famille rachètent le cinéma, et en assurent la programmation. Les nouveaux programmeurs changent l’orientation du lieu, en faisant une salle de “second runs”, ou reprise de films classiques en séance double. Les cinéphiles purs et durs investissent les lieux comme un nouveau sanctuaire. De nombreuses stars, comme Nicolas Cage, le considèrent comme  leur école de cinéma. « Je suis venu au New Beverly dès que j’ai été en âge de conduire assure Tarantino. C’est à dire depuis 1982. »

Le New Beverly aujourd'hui.

Le New Beverly aujourd'hui.

Le cinéma est pourtant frappé durement par la montée en flèche du DVD au milieu des années 2000. La famille Torgan ne peut plus faire face aux charges d’exploitation. Tarantino entend alors parler des difficultés financières du lieu. « Je suis un collectionneur de bobines, donc je peux m’organiser des projections chez moi poursuit le réalisateur d’Inglourious basterds. D’autres collectionneurs m’ont cependant alerté des problèmes rencontrés par la famille Torgan. Je ne pouvais tolérer la fermeture de ce cinéma. Je suis allé les trouver, et j’ai alors commencé à leur verser chaque mois les 5000 dollars nécessaires à la poursuite de l’activité ». De mars à mai 2007, le réalisateur y programme le “Grindhouse Festival”, projetant des films de genre oubliés, ainsi qu’une avant-première de son film Grindhouse, co-réalisé avec Robert Rodriguez.
Le leu ne tarde pas pour autant à se retrouver à nouveau dans la tourmente. En juillet 2007, lors d’une promenade à vélo, Sherman Torgan est frappé d’une crise cardiaque à seulement 63 ans. La famille Torgan vend les murs, même si le fils Michael y poursuit un minutieux travail de cinéphile programmeur.

Pages: 1 2 3

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux