Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Vers la douceur… et l’oubli

douceur1Yann Moix a du souci à se faire, car François Bégaudeau pourrait bientôt lui voler sa place de plus mauvais écrivain français. Après un Antimanuel de littérature insupportable d’autosuffisance et de moralisme, l’enseignant-pamplétaire-éditeur-scénariste-acteur-chroniqueur-de-télé le plus en vue du moment se rappelle aujourd’hui qu’il fut surtout romancier. Et pas des pires. Mais c’était il y a longtemps et son dernier ouvrage, Vers la douceur, vient nous prouver avec éclat que ces temps de réussite littéraire sont bien révolus.
douceur2Quitte à se remettre au roman, autant choisir tout de suite un genre bien rodé. C’est donc dans l’insupportable chronique de célibataire gaffeur vaguement teintée d’auto-fiction que se positionne Vers la douceur. Dès la première ligne, Bégaudeau donne le ton : « A trente-cinq ans, il fut temps que je sois un homme ». Maîtrise parfaite de la syntaxe, de la conjugaison et de la concordance des temps. Et vide abyssal du message. Une phrase qui annonce la consternation des 200 pages qui la suivent, chroniques de trentenaires en désastres amoureux. Le tout teinté d’un humour foireux digne des pires troisièmes mi-temps. Mais le tout en douceur, donc. Il faudra bien s’en contenter.
On referme le livre avec le sentiment d’un gâchis terrible, celui du talent d’un écrivain qui, à l’époque d’Entre les murs (le livre) ou Nous autres était l’un des espoirs des jeunes romanciers français. Et l’on ne peut que constater que l’avant-dernier roman de Bégaudeau, désastreux lui-aussi (mais cela arrive aux meilleurs), renfermait dans son titre la vision prémonitoire de la future carrière de son auteur : Fin de l’histoire.

« Vers la douceur » de François Bégaudeau, Editions Verticales/Phase deux, 208 pages, 16,90 €

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Une réponse à “Vers la douceur… et l’oubli”

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux