Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Netherland, un rêve d’Amérique désenchanté

rl09_netherlandArrivé en France avec la recommandation de Barack Obama, Netherland ne pouvait que susciter l’intérêt des critiques. D’autant qu’il s’agit de la première traduction française de Joseph O’Neill, déjà auteur de deux romans, et que le sentiment de découverte est toujours gratifiant. Une fois passée cette légère méfiance, on ne peut que s’incliner face à un auteur qui signe un ouvrage magnifique, qui surnage dans une production anglo-saxonne très souvent auto-centrée.
Né et élevé aux Pays-Bas, Hans est une analyste financier brillant qui a émigré à Londres pour son travail. A la fin des années 90, son épouse Rachel accepte un poste à New York, une des villes les plus métissées au monde. A l’aube de la trentaine, Hans voit dans ce déménagement aux États-Unis une occasion de mener une vie plus exaltante. Mais au lendemain des attentats du 11 septembre, Rachel ne veut plus élever leur jeune fils dans un pays en proie à la violence, et retourne à Londres. Hans se retrouve seul dans Manhattan, où il fait la connaissance de Chuck Ramkissoon, un individu étrange et fascinant. Originaire des Caraïbes, Chuck est un arbitre amateur de cricket, jeu que pratiquait Hans avec assiduité en Angleterre. Ramkissoon est un homme d’affaires mégalomane, qui a pour ambition de construire au cœur de New York un gigantesque stade pour les compétition de criquet. Entre les deux hommes naît une complicité retenue, alors que Hans, qui s’est installé au Chelsea Hotel, est désemparé parmi des inconnus, éloigné de sa famille…
joseph_oneill La pratique du cricket tient une place centrale dans Netherland. Pour ses deux protagonistes principaux, il est le sport dans lequel la civilité et le respect de l’autre peuvent pleinement s’exprimer. Deux qualités selon eux incompatibles avec les États-Unis, pays où la violence des échanges domine. Le rêve de Ramkinssoon, qui veut réapprendre le cricket aux américains afin de les rendre meilleurs. Pourtant, ces rêves cachent une autre facette du personnage, celle d’un homme d’affaires douteux et violent, qui entretient des liens étroits avec la mafia. Cette double-facette est probablement la plus belle métaphore du livre. Car Netherland est avant tout un livre désenchanté, dans lequel l’absence et l’effacement des rêves dominent sur une envie d’ailleurs. Le titre du livre, acronyme entre Neverland, le pays de nulle part, et Netherlands (Pays-Bas en anglais), contrée d’origine de Hans, incarne magnifiquement la dualité des sentiments du personnage.
De tous les romans situés aux alentours du 11 septembre, Netherland est probablement l’un des plus réussis, avec La belle vie de Jay McInerney. Bien que très différents, les deux livres rendent chacun à merveille ce sentiment de mélancolie, de tristesse et de vide laissé par les attentats. Netherland est probablement même un livre plus fort, car il embrasse également la population américaine dans son ensemble. Le 11 septembre n’apparaît qu’en toile de fond d’un texte retenu, magnifiquement écrit, qui compte déjà parmi les plus beaux livres de l’année. Et met dans la lumière un auteur qui est, à juste titre, une révélation capitale.

« Netherland » de Joseph O’Neill, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Wicke, Éditions de l’Olivier, 300 pages, 22 €

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux