Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Interview Vincent Message : « J’ai écrit Les veilleurs en me libérant de la contrainte commerciale du roman de 250 pages »

Combien de temps avez-vous mis pour écrire ce livre ?

V.M. : Mes premières notes datent de 2000, alors que j’avais 17 ans. Je me suis véritablement mis à l’écriture à 20 ans. L’écriture même du livre du livre a duré cinq ans, de 2003 à 2008. Des recherches diverses sont venues ponctuer la rédaction. J’ai notamment beaucoup lu sur le sommeil, l’histoire de la psychiatrie.
De nombreuses fictions que je connais sont également venues enrichir le livre. Je me reconnais dans une constellation d’écrivains assez baroques, mais méticuleux dans leur écriture. Parmi eux, on y trouve des auteurs tels que Borges, Cortázar, Nabokov ou encore Günter Grass. Mais j’essaie toujours de ressentir ma différence par rapport aux œuvres que j’aime bien, d’affûter cette différence en réfléchissant à ce que je veux vraiment faire. J’aime beaucoup cette phrase de Pascal qui dit que c’est toujours la disposition des matières qui est nouvelle, qui produit quelque chose de différent.

les_veilleursLes veilleurs se déroulent dans deux mondes. Pouvez-vous les décrire ?

V.M. : Il s’agit de deux plans de réalité. Le premier est Regson, une grande ville occidentale, qui n’est pas situable dans l’espace, mais a toutes les constances des mégalopoles. On y trouve des problèmes de criminalité, d’inégalité sociale, de pollution, des affaires politiques, un système judiciaire qui dysfonctionne… C’est dans cette ville que vivent les trois personnages du roman, Nexus le meurtrier, Rilviero le policier, et Traumfreund le psychiatre. De l’autre coté, on a le monde dans lequel Nexus se plonge lorsqu’il s’endort, le Séabra. Ce dernier constitue tout un monde, et représente non pas notre réalité quotidienne, mais ce qui se passe dans notre monde. On y trouve des problèmes de terrorisme, des problèmes écologiques, un conflit entre différentes régions qui ont de plus en plus de mal à se comprendre, notamment face à une catastrophe écologique qui est un désert qui gagne de plus en plus de terrain. On a dans ce monde une vision plus globale, car c’est celui du rêveur.

Le Séabra est un monde mystérieux : on ne sait pas bien s’il est moderne, ou plutôt archaïque…

V.M. : C’est vrai que j’ai voulu lui préserver ce mystère là. C’est pour cela que j’ai créé des écarts entre différentes régions de ce pays, Mais on constate aussi dans notre réalité qu’il y des temps différents qui se côtoient dans notre monde, d’un endroit à l’autre on vit au XXIè siècle, ou à l’age de pierre. Cette simultanéité de temps différents, à la fois dans la vie moderne et sa technique, ou la vie rurale et son archaïsme, correspond à ce que l’on peut observer dans notre monde.

Pages: 1 2 3 4

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 The tree of life Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux