Déjà membre,
connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Pas encore membre ? Inscrivez-vous !

Le plaisir du dessin s’expose à Lyon

afficheEn cette fin d’année 2007, le Musée des Beaux-Arts de Lyon se met à la philosophie. Pour l’exposition “Le Plaisir au Dessin”, c’est le philosophe Jean-Luc Nancy qui nous présente et nous initie à la notion de plaisir, trop souvent oubliée par la critique contemporaine. Loin du côté “statique” et élitiste de la plupart des expositions, “Le Plaisir au Dessin” est un parcours sinueux au cœur des innombrables formes que peuvent prendre le plaisir et la volupté dans cet art qu’est le dessin.
Plaisir du spectateur bien sûr, mais surtout plaisir de l’artiste, sensualité du geste, du rapport privilégié qui existe entre le corps du dessinateur et le rendu visuel. Au détour de dizaines d’œuvres, croquis et esquisses de tous genres, artistes ou époques; des citations de peintres, penseurs, philosophies et critiques éclairent ce parcours pour le moins inhabituel.

« Au commencement, il y a la division: le trait qui sépare et qui rend l’espace visible, sinon lisible », ainsi débute l’exposition. Et les premières oeuvres exposées surprennent. Des traits, comme jetés sur le papier par le plus pur hasard, qui ne représentent rien; des coups de crayon en apparence aléatoires et qui, s’il n’étaient pas signés d’un nom célèbre, n’attireraient certainement pas l’attention. Et puis, peu à peu, l’espace se remplit, se noircit. Ce qui n’était au début que lignes ou courbes prend forme. On touche ici à l’expérience même de la création, celle qui fait naître la forme du vide. Et étonnamment, on ne peut qu’y être sensible. Qui n’a jamais vécu ce moment, ce plaisir du dessin, c’est à dire créer et faire jaillir une forme du néant, que ce soit par hasard sur un coin de feuille, ou avec cette idée précise en tête ?
sundayCe plaisir se décline sous une multitude de formes. Qu’il réside dans le choix des matériaux utilisés: toiles, papier, crayon, sanguine, fusain; dans le geste même du dessinateur, avec toute la sensualité qu’il sous-entend; la main qui tient l’outil de travail et qui devient par le fait, créatrice. Et pour expliquer cette vision presque insoupçonnée du dessin, des extraits de réflexions, comme celle de l’historien de l’art Daniel Arasse : « Le dessin prolonge l’acte de la main, et avec elle du poignet, de l’avant-bras, du regard, et finalement du corps tout entier. Contre l’intellectualisation à laquelle on a voulu parfois le réduire, le dessin produit une configuration rythmée du réel naissant du rythme même du corps ».
Comme le sous-entend cette citation, cette exposition s’adresse à tous. Nul besoin d’être un grand connaisseur d’art pour apprécier le concept du “Plaisir au Dessin”. Et si des grands noms de l’art se côtoient, tels Michel-Ange, Raphaël, Ingres, Seurat, Picasso, Matisse ou Picabia, ce n’est que dans un but précis : mettre en évidence l’universalité des émotions et sentiments attachés à la pratique du dessin. Des formes les plus basiques de cet art à son statut de miroir des passions humaines, l’exposition met en scène un plaisir poussé à l’extrême, frôlant l’érotisme dans sa façon d’utiliser le corps, que ce soit comme outil ou comme modèle. Une façon de prouver que l’art, tout comme la philosophie, ne sont pas toujours deux domaines difficiles d’accès, mais que de la façon la plus simple qui soit, il peuvent séduire le plus grand nombre d’entre nous.

Elsa Lorphelin

Au Musée des Beaux-Arts de Lyon, du 12 octobre 2007 au 14 janvier 2008
20, place des Terreaux, 69001 Lyon. Tél. 04 72 10 17 40

Page suivante : le diaporama de l’exposition

Pages: 1 2

    Share
Pour emballer le poissonMouaisCa le fait pas mal4 étoilesFutur prix Pulitzer (Pas encore de vote)
Loading ... Loading ...

Laisser un commentaire

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.
Si vous souhaitez ajouter une photo à votre profil, utilisez Gravatar

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire.

Tenez-vous informés...

Claro David Fincher David Foster Wallace Editions Actes Sud Editions Albin Michel Editions Au diable Vauvert Editions de l'Olivier Editions de l’Olivier Editions du Seuil Editions Flammarion Editions Gallimard Editions Grasset Editions Robert Laffont Editions Sonatine Editions Stock Editions Tristram Exposition Festival de Cannes 2008 Festival de Cannes 2010 Festival de Cannes 2011 Films en 3D Frédéric Beigbeder Inglourious basterds Interview Jack Kerouac La semaine culturelle en bref Rentrée littéraire janvier 2008 Rentrée littéraire janvier 2011 Rentrée littéraire septembre 2008 Rentrée littéraire septembre 2009 Rentrée littéraire septembre 2010 Rentrée littéraire septembre 2011 Rentrée littéraire septembre 2012 Thomas Pynchon William T. Vollmann

A la une (168)
Actualités (19)
Aide (1)
BD (10)
Berlin 2010 (1)
Berlin 2011 (1)
Cannes 2008 (10)
Cannes 2009 (5)
Cannes 2010 (11)
Cannes 2011 (13)
Cannes 2012 (5)
Cinéma & TV (56)
Comic Con 2009 (1)
Critiques BD (8)
Critiques cinéma (13)
Critiques disques (12)
Critiques livres (75)
DVD / BLU-RAY (11)
Expos & Art (12)
Expresso (10)
Festivals (5)
Internet (17)
Interviews (24)
Kiosque étranger (1)
Livres & BD (82)
Lost cinema (8)
Musique (3)
Prix littéraires (1)
Prix littéraires 2007 (4)
Prix littéraires 2009 (1)
Prix littéraires 2010 (3)
Readme (11)
Rentrée 2008 (29)
Rentrée 2009 (23)
Rentrée 2010 (27)
Rentrée 2011 (36)
Rentrée 2012 (18)
Sorties (15)
Sundance 2008 (2)
Sundance 2009 (2)
Sundance 2010 (2)
Sundance 2011 (1)
Télévision (4)
Toronto TIFF 2011 (1)
Venise 2010 (1)

WP-Cumulus by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

Articles les plus populaires

Désolé. Aucune donnée à ce jour.

Archives
Réseaux